La réflexologie : Une technique ancestrale

L'existence des zones réflexes plantaires et leur utilisation à des fins thérapeutiques sont connus depuis environ 5000 ans. On présume que l'acupuncture et la réflexologie plantaire ont la même racine

mais la preuve incontestable de l'exercice de la réflexologie vient de l'Égypte.

Dans l'Égypte ancienne, les connaissances et les activités du défunt sont gravées

sur son tombeau. Sur le sarcophage d'Ankhmahor (ville de Saqqarah, 2330 av. JC),

sont représentées des scènes de soins dentaires, d'accouchements,

de pharmacologie et de réflexologie.

En occident, à la fin du XIXe siècle, plusieurs médecins développèrent une technique de réflexologie et au début du XXe siècle, s’inspirant de la digitopuncture, le docteur William Fitzgerald, découvre l’effet anesthésiant obtenu dans des parties du corps en exerçant une pression sur certaines parties des pieds et des mains.

Grâce à cette thérapie des zones réflexes, il est, depuis, reconnu comme étant le fondateur de la réflexologie moderne.

Ce courant actif situé en Angleterre, en Allemagne et aux États-Unis s'est finalement

éteint dans le milieu médical, probablement à cause de l'enthousiasme suscité par la

découverte des molécules chimiques, dont on pensait qu'elles allaient résoudre tous

les problèmes de santé.

Les recherches en réflexologie ont toutefois été reprises par Eunice Ingham (1889 - 1974),

kinésithérapeute américaine qui a développé une méthode à la base de toutes les

techniques de réflexologie plantaire en usage aujourd'hui.

Elle est l'auteur du premier traité de réflexologie moderne dans lequel l'ensemble

du corps est littéralement "cartographié" sur les mains et les pieds.